Les dirigeants sont responsables des incivilités au travail

Une femme victime d'incivilités au travail vie des tensions. Les dirigeants en sont parfois responsables.

Est-il possible que les dirigeants soient parfois responsables des incivilités qui se répètent?

Non! Me direz-vous : « Toutes les entreprises ont l’obligation d’avoir une politique sur le harcèlement psychologique et sexuel. Les dirigeants ont donc fait leur travail. » C’est vrai! Mais qu’en est-il des micro-agressions qui minent le climat de travail, telles que : manque de respect, de politesse, de courtoisie ou de savoir-vivre, comme l’interruption, la critique non constructive, l’usage de propos insultants ou menaçants, un ton inapproprié, l’absence de salutations, etc.

Les incivilités – une réalité bien présente

J’ai vu et je vois encore des milieux de travail où sont tolérées ces incivilités. De façon insidieuse, elles se répètent et prennent de plus en plus de place, jusqu’au point de rendre l’environnement de travail toxique et difficilement gérable. Des cadres intermédiaires me partagent ne pas avoir le soutien de leurs dirigeants quand vient le temps de prendre des mesures à l’égard d’employés qui ont des comportements nuisibles. On préfère ne rien faire. On veut acheter la paix.

Récemment, après s’être fait dire par son DG « Il faut choisir nos combats! », un gestionnaire me disait qu’il songeait à démissionner. Ses valeurs sont constamment heurtées. On lui demande de tolérer l’intolérable. Il a l’impression d’avoir les mains liées et de n’avoir aucune légitimité quant à son rôle et à son devoir d’offrir et de maintenir un environnement de travail sain et satisfaisant pour tous. Il se sent complice des travailleurs toxiques.

La qualité de vie au travail un enjeu majeur

La qualité de vie au travail et le bien-être de chacun ne sont-ils pas des combats assez importants? Ne rien dire et ne rien faire, c’est consentir. C’est aussi ce qui renforce les comportements indésirables. Lorsque ça dure depuis longtemps, ça devient de plus en plus difficile de renverser la tendance. Sans compter les coûts indirects que cela entraîne : absences en maladie, gestion des conflits, plaintes et départs.

Gérer les incivilités – mieux vaut tard que jamais

Cependant, il n’est jamais trop tard pour bien faire. Avec une vision claire et soutenue par l’ensemble des cadres de l’entreprise, avec du courage, de la rigueur, de la cohérence, de la constance et de la bienveillance, il est possible de réduire considérablement les incivilités. Le risque zéro n’existe pas, alors nous ne pouvons pas promettre qu’il n’y aura plus jamais de comportements nuisibles, mais la réponse aux incivilités sera maintenant sans équivoque.

Je vous invite à lire ou à relire les deux billets à propos des incivilités que j’ai partagés récemment :

Billet 1 – Tolérance zéro face aux incivilités : Faites taire les langues de vipère!

Billet2 – Évaluez votre tolérance aux incivilités : Faites-vous taire les langues de vipère?

Faites une introspection personnelle et d’entreprise sur votre gestion des incivilités. Ne laissez plus ces comportements miner votre environnement de travail et éroder vos précieuses ressources humaines.

Qu’en pensez-vous?

Si vous avez des commentaires ou souhaitez approfondir ce sujet ou bénéficier d’un accompagnement personnalisé, vous pouvez me contacter. Voici un aperçu de mes services pour vous aider.

Ce billet vous a plu? Partagez-le. Ainsi, vous contribuez à multiplier le nombre d’entreprises où il fait bon travailler. Merci!

Mario

Abonnez-vous à l’infolettre Leader Authentique et Efficace, pour être informé et recevoir les nouveaux articles dès leur publication.

©2023, Objectif COACHING Inc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *